Survie après une naissance extrêmement prématurée

Survie après une naissance extrêmement prématurée

La semaine dernière, des propositions au Royaume-Uni visant à abaisser le délai de 24 semaines pour l’avortement ont été rejetées à la Chambre des communes. Les décisions impliquant un avortement tardif et la prise en charge de grands prématurés résultent souvent de croyances fortement ancrées plutôt que de preuves. Dans une large mesure, cela est compréhensible car ces décisions sont personnelles. Cependant, lorsque des jugements moraux sont imposés à ceux qui ont des opinions différentes et que les droits du nourrisson, que ce soit à vie ou à la mort, risquent de se heurter à ceux des parents et de la société, le besoin de preuves est primordial. Field et ses collègues comparent les chiffres de survie pour deux périodes adjacentes, 1994-9 et 2000-5, pour les nourrissons nés à l’âge gestationnel de 22 semaines à 25 semaines et six jours dans une région géographique du Royaume-Uni, l’ancien état de santé de Trent region.1 Au cours de cette période de 12 ans, il n’y a pas eu de changement dans le nombre de nouveau-nés extrêmement prématurés qui étaient vivants à la naissance mais qui sont décédés avant l’admission dans une unité néonatale. La survie à l’accouchement s’est significativement améliorée chez les nourrissons nés à 24 et 25 semaines mais pas chez ceux nés à 23 semaines. Aucun bébé né à 22 semaines ’ la gestation a survécu dans les deux périodes. Des données comme celles qui décrivent les tendances temporelles des populations géographiquement définies sont importantes. Les études monocentriques sont biaisées par un biais de sélection et tendent à surestimer la probabilité de survie. L’amélioration de la survie au cours du temps des nouveau-nés prématurés montre qu’il est important de fonder les décisions sur des données aussi contemporaines que possible. La limite supérieure d’âge gestationnel pour les avortements au Royaume-Uni reste à 24 semaines, bien qu’il n’y ait pas de limite d’âge. être gravement atteinte si elle est née vivante ou si la santé physique ou mentale de la mère serait gravement menacée si la grossesse devait se poursuivre. Sur les 193   700 avortements qui ont été enregistrés en 2006, 2% étaient à 20 semaines ’ gestation ou plus.2 La loi de 1967 sur l’avortement au Royaume-Uni a été amendée en 1990 pour abaisser la limite d’âge de 28 à 24 semaines, un changement qui a été influencé par le Collège Royal des Obstétriciens et Gynécologues ’ rapport Fetal Viability and Clinical Practice (1985), qui a noté des améliorations significatives dans la survie des nouveau-nés prématurés2. La discussion continue à se concentrer sur la notion de “ viabilité. ” Cependant, d’autres facteurs influencent les résultats de survie et de santé. Les directives sur les soins qui devraient être offerts aux grands prématurés ne devraient pas être fondées principalement sur l’âge gestationnel en raison des variations biologiques et des perspectives éthiques différentes.3 Une étude récente aux États-Unis montre que les résultats peuvent être prédits plus précisément en considérant quatre facteurs. en plus de l’âge gestationnel4, l’imagerie cérébrale améliorée et d’autres investigations pronostiques permettent une discussion plus éclairée entre les parents et les cliniciens sur le retrait du soutien intensif face à la violence sexuelle. Ainsi, la prise en charge du fœtus tardif du deuxième trimestre et de l’enfant extrêmement prématuré ne devrait pas être déterminée uniquement par la prise en compte de la viabilité fondée sur l’âge gestationnel. Champ et collègues ’ les données sont en accord avec d’autres études de population définies géographiquement au Royaume-Uni (EPICure), en Belgique (EpiBel), au Danemark, en Finlande, en France (EPIPAGE), aux Pays-Bas, en Norvège, en Suède et en Australie6. parce qu’ils s’étendent jusqu’en 2005 et fournissent des informations parmi les plus à jour disponibles. L’évaluation des résultats de santé dans de grandes populations géographiquement définies a été sévèrement limitée par les coûts et la complexité de l’acquisition des données. Les enquêtes épidémiologiques ont toujours été menées en tant qu’études de recherche à exercice unique. Elles sont coûteuses, financées pour une période limitée et prennent beaucoup de temps à traiter, analyser et publier les données. Les données du sondage néonatal de Trent sont recueillies par un personnel dévoué et inscrites dans un registre de recherche. L’application d’une méthodologie aussi robuste mais exigeant beaucoup de main-d’oeuvre pendant de nombreuses années n’est pratique que pour des populations relativement petites, dans ce cas 16 hôpitaux et 55 000 naissances. Un défi pour les années à venir doit être d’exploiter les technologies de soins de santé émergentes pour permettre une entrée plus rapide des résultats de santé nationaux dans le domaine public. Au Royaume-Uni, cette possibilité est à notre portée. Après un examen du Département de la santé en 2003, les services néonatals ont été regroupés en réseaux cliniques avec gestion partagée et soins coordonnés7. Cela a conduit à l’élaboration de dossiers électroniques néonataux qui sont maintenant utilisés par environ trois quarts des 180 unités néonatales d’Angleterre. 8 Ces dossiers contiennent des données normalisées de haute qualité sur chaque admission dans une unité néonatale; ils soutiennent les soins cliniques, la gestion et la mise en service au jour le jour; et ils fournissent un accès instantané à un dossier clinique complet par l’hôpital receveur quand un bébé est transféré. Le potentiel fourni par ces dossiers électroniques pour déplacer la constatation des résultats de santé néonatals hors de l’arène de recherche et dans les processus de routine du NHS est examiné par l’Unité d’analyse des données néonatales.8 L’unité a été créée pour soutenir et développer l’utilisation des données cliniques électroniques pour l’audit, l’évaluation des services, les enquêtes et la recherche. Ce n’est que grâce à des informations sur des résultats ajustés dans des cohortes quasi contemporaines que les parents, les cliniciens et les gouvernements seront en mesure de prendre des décisions éclairées.

Contact Us

PEDIASLEEP
125 North Main Street
Suite 500-234
Blacksburg, VA 24060

Toll-Free: 1-800-269-8262